Léon Stynen

L'oeuvre de l'architecte et moderniste Léon Stynen couvre plus de 50 ans de l'histoire de l'architecture en Belgique.

Léon Stynen (1899-1990) – fils d’un sculpteur et ornementaliste – a étudié l’architecture au département d’architecture de l’Académie d’Anvers. Ses contemporains étaient notamment V. Bourgeois, L. H. De Koninck, H. Hoste et E. Van Steenbergen. Dans un contexte international, il s’agissait de T. van Doesburg, de W. Gropius et de – sa grande source d’inspiration et plus tard son grand ami – Le Corbusier. La base théorique de l’oeuvre de Stynen est tout à fait dans la ligne des idées de Le Corbusier. Le complexe d’habitations Elsdonck à Wilrijk (1932) est un ensemble modeste dont tous les détails ont été soigneusement pensés, bien avant que Le Corbusier ne construise sur la même base l’Unité d’Habitation à Marseille. Ses projets du Casino à Knokke et à Chaudfontaine (1928) témoignent de sa prédilection pour la nouvelle esthétique du modernisme, au moment où celle-ci n’était pas encore du tout entrée dans les moeurs. Une des dernières réalisations de Stynen est le Conservatoire Royal de Musique d’Anvers et le centre d’art international de Singel, qu’il a réalisé en étroite collaboration avec son assistant Paul de Meyer.Stynen était aussi très actif dans l’enseignement de l’architecture en Belgique. Il a fondé, en tant que sous-directeur du département d’architecture à Anvers  un institut autonome: le N.H.I.B.S. Peu après, il est devenu, sur proposition de Henry van de Velde, directeur de l’Institut Supérieur des Arts Décoratifs de la Cambre à Bruxelles. Stynen a gagné beaucoup de prix pendant sa carrière.